COMMENT BIEN PRÉPARER SES FICHIERS GRAND FORMATS ?

Vous avez un projet de stand ? vous avez validé les éléments qui le constitueront ainsi que la modélisation 3D ? Pour vous tout est prêt il n’y a plus qu’à « lancer » ? Pourtant, il y a une étape très importante à respecter : L’envoi de votre fichier grand format. Anodin vous me direz ? et bien non ! ce n’est pas aussi simple qu’il n’y parait, mais vous avez de la chance Impact Market est là pour vous aider !

1/ Format du document

Pour bien démarrer il faut commencer par le début : le format du document

Étrange ? Logique ? et bien pas toujours !
Lorsque l’on veut imprimer une structure à plus de 3m de hauteur ou bien 4m de long, il ne faut pas préparer son fichier n’importe comment. En effet, chaque imprimeur à ses caractéristiques techniques et peut donc vous demander de travailler à l’échelle 1/1 (soit à 100% du format final) ou bien à l’échelle 1/2, 1/10e etc.
Le prestataire vous donnera les informations qui le concerne. Chez Impact Market, comme nous recherchons la plus grande qualité nous travaillons à l’échelle 1/1.

2/ Fond perdus

Le fond perdu, qu’est-ce que c’est ? En impression papier, les fonds perdus permettent de faciliter la découpe du support. Ils évitent d’avoir un liseré autour ou bien un élément qui se reporte sur l’autre face d’un document. Dans notre cas, nous travaillons sur du textile, il faut donc prendre en compte les formes et les coutures de chaque structure. Pour simplifier la réalisation des fichiers grand formats, nous intégrons nos repères directement dans nos gabarits. Un repère avec le format final du fichier et une zone de sécurité préétablie pour chacune de nos PLV réutilisables. Vous pouvez donc oublier les fonds perdus, ils sont déjà prévus !

fond perdus d'un fichier grand format - gabarit - textile - découpe - plv réutilisable

3/ Formats des fichiers

Pour que les fichiers grand formats respecte les contraintes techniques d’impression, les 3 formats d’enregistrement de fichier les plus utilisés sont : JPEG, TIFF ou PDF. Selon la taille ou votre contenu, le type de format de fichier changera. Par exemple, pour l’impression d’un logo et/ou d’un texte le format .PDF suffit. Si par contre, votre fichier contient des photos et/ou superposition d’images, textes etc., vous aurez besoin d’enregistrer votre fichier au format .TIFF (format Photoshop). Comme nos PLV sont conçues pour mettre en valeur vos stands, nous travaillons en format .TIFF. Ce format étant très lourd, il faut penser à aplatir les images et compresser les fichiers au format LZW comme indiqué ci-dessous :

4/ Résolution du fichier

Vous avez déjà réussi à faire les premières étapes ? il reste maintenant à travailler la résolution de votre fichier ! mais la résolution de fichier qu’est-ce c’est ? on appelle ça le DPI ou point par pouce. Comparable aux pixels d’un appareil photo ou d’un smartphone, le DPI c’est en fait la finesse d’impression. Là encore, selon votre support (papier, carton, tissus etc.), sa taille (grand ou petit format) son type d’impression (offset ou numérique) les caractéristiques techniques seront différentes. De 300 dpi (impression offset papier) à 72 dpi (affichage web) la résolution s’adapte. Pour nos impressions numériques en sublimation, une résolution minimale de 120 dpi est demandée.

nombre de DPI - résolution - fichier grand format - finesse d'impression - offset ou numérique - impression en sublimation

5/ Polices – typo

Polices, Typo ? on me parle de quoi encore ! ne vous inquiétez pas c’est tout simple. La police ou typo est l’ensemble des caractères que vous utilisez pour écrire. (Arial, Times new Roman par exemple.). Selon les polices que vous utilisez, l’imprimeur ne l’aura pas toujours. Du coup, pour éviter que votre texte soit transformé, il faut « vectoriser » (figer) votre police (texte).

6/ Couleurs

La couleur est souvent une source de problème. Entre ce que nous voyons sur nos écrans (calibrage écran), nos yeux et la sortie finale (type d’impression et paramétrages machine) il y a souvent des différences. Afin d’éviter les déceptions, les couleurs utilisées doivent être en CMJN (soit 4 couleurs d’impression : Cyan, Magenta, Jaune, Noir) ou les couleurs Pantone. Les couleurs RVB (Rouge, Vert, Bleu) sont à proscrire. Là-dessus, l’impression Pantone n’existe pas en sublimation, c’est pour cette raison que nous utilisons uniquement des couleurs CMJN.

7/ Dossier complet

Le must du must ! Regroupez tous vos éléments (maquettes, images, polices) dans un seul et même fichier rassemblé afin d’avoir uniquement la version finale de votre projet avec les éléments indispensables à sa réalisation.

8/ À éviter (png, dpi, doc, excel)

Tous les infographistes du monde vous remercieront si vous évitez :

  • Les fichiers .doc (Word), .ppt (PowerPoint), .xls (excel) ou .png (image)
  • Les éléments (images ou textes) trop près des marges de sécurité
  • Les fichiers en RVB
  • Les polices non vectorisées
  • Les images non aplaties

Pour vous éviter ce casse-tête et comme nous sommes là pour vous accompagner, notre studio graphique ou PAO peut prendre en charge la conception graphique de vos visuels, rédiger vos messages. Réussir votre stand et être impactant, c’est aussi passer par cette étape.

No Comments

Post A Comment